Les différentes façons d’investir en bourse

Les marchés financiers ont mauvaise réputation en France. Tout au moins, chez les petits épargnants. Pourtant, loin de l’image des krachs financiers et des faillites financières, les valeurs mobilières restent un très bon placement, ou investissement. Quelles sont les différentes façons d’investir en bourse, suivant votre profil ?

Un patrimoine équilibré passe par une bonne répartition de vos actifs. Tout épargnant doit répartir ses actifs suivant ses besoins et ses projets, bien évidemment. Vous pouvez avoir un projet immobilier, de préparation de retraite ou d’investissement divers. Ces projets doivent guider votre stratégie patrimoniale. Cependant, dans tous les cas, répartir son argent entre des liquidités, comme les livrets, des fonds garantis pour le moyen terme, un peu d’immobilier et des valeurs mobilières est indispensable.

Dans la logique des choses, et en bon épargnant, on peut commencer à investir en bourse quand on a déjà de l’épargne de côté. Il est fortement déconseillé d’investir une trésorerie disproportionnée par rapport à votre épargne sécurisée. C’est effectivement du bon sens. L’idée est de se prémunir des accidents de la vie et de faire face à des besoins de trésorerie sans prendre le risque de perdre de l’argent en vendant ses actifs financiers à risque.

Investir en bourse est donc un placement de long terme qui est peut-être envisagé quand on a quelques mois de liquidité de côté.

Investir en bourse : Performances et liquidité

Donner une performance des marchés financiers n’a pas beaucoup de sens. Chaque épargnant n’investit pas sur les mêmes valeurs ni au même moment. Bien évidemment, si on prend le CAC40, sa valeur a été multipliée par 5 depuis sa création, en décembre 1987. Et cela ne comprend pas les dividendes. Vu comme cela, c’est impressionnant. Cependant, une le CAC40 d’aujourd’hui et celui de 1987 ne comprennent pas les mêmes valeurs, les mes sociétés. En 30 ans, chaque investisseur n’a pas investi sur les mêmes valeurs, au même moment, voire au bon moment.

Bref, vous trouverez de très nombreuses études qui montrent que les marchés financiers sont le placement le plus performant, sur le long terme. Toutes les études vous montreront qu’investir sur les marchés boursiers est plus rentable que l’immobilier ou des obligations, même en prenant en compte les différents krachs boursiers de ces 30 dernières années.

Mais au-delà des performances, investir en bourse possède deux gros avantage, par rapport à l’immobilier notamment. Ces avantage sont son marché et sa liquidité.

En effet, tout d’abord, si les marchés boursiers fluctuent, il en est de même de l’immobilier. De plus, les marchés de l’immobilier sont tous différents suivant la région et la ville. Il existe donc plusieurs marchés de l’immobilier. Je trouve qu’il est plus simple de gérer l’évolution des bourses que de l’immobilier. Il est beaucoup plus difficile d’anticiper un marché local, de l’immobilier. Comment anticiper une crise économique ? Comment anticiper les politiques locales, une fermeture d’entreprise, la concurrence des villes, entre elles ? Le marché financier est lui, beaucoup plus globalisé.

Dans le même temps, si une crise apparait, que le marché s’effondre ou que vous ayez tout simplement besoin de trésorerie, il est beaucoup plus difficile de trouver un acquéreur pour un bien immobilier que de ventre des titres en bourse. les marchés financiers sont beaucoup plus liquides que les marchés immobilier. Certains vendeurs de biens peuvent attendre des mois, voire des années, avant de vendre leur bien.

Pour tout cela, investir sur le marché actions est doit être considéré, avec prudence, mais aussi avec intérêt.

Les instruments financiers et produits boursiers

Il existe différents produits pour investir en bourse. Les valeurs mobilières, investies sur les marchés financiers, sont constituées d’action, OPCVM et de produits dérivés. Quel produit utiliser pour placer son argent et investir ?

Les OPCVM

Les OPCVM sont des Organismes de placements Collectifs en Valeurs Mobilières. Ces organismes sont des intermédiaires financiers. Les OPCVM vont collecter des fonds, de différents acteurs, pour investir sur différentes valeurs. L’organisme va gérer les fonds en vue de faire des plus-values et de percevoir des dividendes. Ils permettent à des petits porteurs d’accéder à des titres impossibles à acquérir seul. Dans le même temps, ils permettent de diversifier ses avoirs.

Il existe  six grandes familles d’OPCVM selon la nature des fonds gérés :

  • OPCVM monétaires,
  • OPCVM obligataires,
  • OPCVM actions,
  • OPCVM alternatifs,
  • OPCVM fonds à formule et
  • OPCVM diversifiés.

Les OPCVM peuvent se spécialiser sur des secteurs d’activités ou géographiques et avoir des objectifs particuliers. Il existe deux types d’OPCVM. Les Fonds Communs de Placement (FCP) sont des fonds créés par des organismes financiers. Les Sociétés d’investissement à capital variable (Sicav) sont, elles, des sociétés avec conseil d’administration.

Les ETF ou trackers

Les ETF, aussi appelés trackers, sont des instruments financiers un peu différents des SICAV et FCP. On peut considérer ses fonds comme des OPCVM, mais cotées en continu. En fait, les ETF sont des fonds indiciels cotés et négociés en bourse comme une action. Leur objectif est de répliquer, à la hausse comme à la baisse, l’évolution du sous-jacent (indice ou actifs). Cet indice peut être le CAC40, par exemple.

L’avantage des ETF est qu’ils permettent d’investir sur des secteurs très divers, sans posséder une grosse mise de fonds. Dans le même temps, ils sont très liquides et subissent moins de frais que les autres fonds. Le seul inconvénient des trackers et qu’ils ne permettront pas de surperformer le marché.

Les titres en direct

Investir en bourse, c’est aussi investir, directement, dans des sociétés. Pour cela, vous allez acheter des actions directement sur le marché secondaire, en bourse, ou lors d’introductions. En investissant directement dans des actions, il faut avoir plus de temps pour suivre ses titres. Il faut aussi avoir plus de compétences, de connaissances. Clairement, il sera impossible, pour un petit porteur d’avoir l’information primordiale, en temps et en heure, pour prendre la bonne décision d’achat ou de vente.

Pour résumer, investir en action demande des compétences en analyse fondamentale, technique et graphique ainsi qu’une bonne compréhension de la finance et de l’économie.

Les produits dérivés

L’instrument financier, pour investir en bourse est le produit dérivé. C’est avec ce type de produit que le terme « Jouer en bourse » prend tout son sens, tellement ces produits financiers sont faits pour gagner de l’argent rapidement. Produits à haut risque en perte de capital.

Un produit dérivé est un instrument financier sous-jacent d’un actif. Il permet de fixer le prix de cet actif pour une période donnée. La valeur du produit dérivé dépendra donc de la valeur de son actif sous-jacent pendant la période. Il existe plusieurs types de produits dérivés comme les certificats, les warrants ou les turbos entre autres.

Nous ne rentrerons pas dans le détail de ces instruments. Mais sachez qu’ils permettent de profiter de la variation d’un titre sans le détenir et, dans le même temps, de profiter d’un effet de lier.

Ces produits sont très risqués et réservés aux investisseurs avertis.

Quel produit pour investir en bourse ?

Il existe plusieurs solutions pour investir en bourse. Chacune d’entre elles a ses avantages et ses inconvénients. Surtout chaque solution permet de répondre à un objectif particulier.

L’Assurance-vie

L’assurance-vie est des placements préférés des français. Cependant, il est encore trop souvent perçu comme une enveloppe fiscale pour recevoir des fonds en euros, pour garantir le capital. C’est aussi un excellent support pour investir en bourse. Vous pourrez investir sur une multitude fonds internationaux et de tous secteurs d’activité confondus. Dans le même temps, ces opérations pourront se faire dans un cadre fiscal très intéressant, sous condition de plafond et de durée de placement. Enfin, les fonds placés sur un contrat d’assurance-vie restent disponibles, même partiellement, sans nécessité de clôturer le contrat. Le seul impact sera, éventuellement, fiscal.

Le PEA, Plan d’Epargne en Action

Le PEA est moins populaire auprès des français. Pourtant, il a des atouts à faire valoir. Cette enveloppe fiscale, très avantageuse, permet de mixer entre OPCVM et actions, cotées ou non. Il est même possible d’investir dans des petites entreprises avec le PEA PME.

Un PEA est une enveloppe fiscale constituée d’un compte titre et d’un dépôt à vue. Vous l’alimentez par virement et faites vos opérations via les deux comptes. Vous pouvez faire des achats et des ventes de titres. Tant que ces mouvements restent dans l’enveloppe, il n’y a aucune incidence fiscale. Vos plus-values sont prises en compte, fiscalement, lors d’un retrait ou d’un rachat.

Il existe quelques contraintes, concernant les titres. Vous ne pouvez détenir que des titres de sociétés européennes et des OPCVM détenant 75% d’actions européennes ainsi que certains trackers mondiaux éligibles.

Pour résumer, le PEA est donc un excellent support pour les investisseurs de long terme.

Le Compte Titre

Le compte titres est la solution la plus simple pour investir en bourse. Il permet d’investir sans limite, sur le long terme ou à titre  spéculatif. Il n’y a aucune limite géographique ou sectorielle. Cependant, il n’offre aucun avantage fiscal.

Comparatif des placements en bourse

  Assurance vie PEA PEA PME Compte Titre
Investissements possibles OPCVM (Unités de comptes) OPCVM et actions européennes plus trackers monde PME européennes Tout valeurs mobilières, cotées ou non
Plafond en euros illimité 150.000 euros 75.000 euros illimité
Nombre de contrats Illimité 1 1 illimité
Avantage fiscal   oui oui   oui   non
Durée minimal d’investissement Durée fiscale de 8 ans Durée fiscale de 5 ans Durée fiscale de 5 ans aucune

Les intermédiaires financiers

Vous aurez le choix entre différents professionnels pour ouvrir un placement et investir sur les marchés financiers. Ces intermédiaires vous proposeront l’ensemble des placements financiers mais avec des services plus ou moins complets et des tarifs différents.

  • Les banques de réseaux : Idéal pour les investisseurs débutant, cherchant de la proximité. La contrepartie de cette proximité est des frais très élevés et des produits moins performants que la moyenne.
  • Les banques en ligne proposent des produits beaucoup plus complets que les banques de réseaux. Des produits complets avec de meilleurs services. Les tarifs sont beaucoup plus bas. Conseiller aux investisseurs autonomes.
  • Les courtiers en ligne sont des spécialistes de la transaction financière. Ils proposent de nombreux outils d’analyse, une connexion avec différents réseaux d’information. Réservé aux investisseurs réguliers et indépendants.
  • Les assureurs pourront apporter un conseil personnalisé qui englobera, parfois, une analyse patrimoniale et des contrats plus performants que les réseaux bancaires.

Les frais pour investir en bourse

Suivant l’intermédiaire que vous allez choisir pour investir en bourse, vous allez payer différents types de frais. Certains vont être li »s à une transaction, d’autres seront des frais par ligne ou de gestion. Ces frais sont les suivants :

  • Frais de transactions : Ils sont calculés sur le montant d’un achat ou d’une vente sur un PEA ou un Compte Titre.
  • Droits de garde : Ils sont calculés sur le nombre de lignes que vous possédez sur un PEA ou un Compte titre.
  • Frais de souscription : Ilssont prélevés lors de la souscription d’une OPCVM. Ils sont de l’ordre de 1% à 3% et prélevés sur le montant investi.
  • Frais d’entrée : Ils sont prélevés sur les versements sur contrats d‘assurances-vie.
  • Frais de gestion : Ils sont prélevés, annuellement sur la valeur de la part de votre fond.

Les bons réflexes pour investir en bourse

Pour conclure, je pense que tout investissement en bourse doit respecter quelques règles qui permettront d’optimiser vos performances, voire de réduire les risques de perte en capital, mais pas de le supprimer…

Tout d’abord, diversifiez votre investissement. Ne vous concentrez pas sur une seule valeur, un secteur d’activité ou secteur géographique. En diversifiant votre investissement, vous évitez de tout perdre si ces derniers subissent une prise de profit, voir une crise.

Ensuite, ne prenez jamais de décision précipitée. Ne réagissez pas, agissez. Vous devez garder votre sang-froid et analyser l’environnement économique et bousier avant d’acheter ou de vendre une action.

Enfin, investissez de façon régulière. En investissant, par exemple, 50 euros tous les moins, vous lissez votre investissement. Vous achetez en phase ascendante et descendante.

Laisser un commentaire

pulvinar sed Curabitur lectus felis consequat. ut vulputate, Sed mi,